Apollon

Que de choses à dire sur ce grand et beau dieu… On va donc le faire en condensé !

 
Apollon fait partie des 12 Olympiens. Il est l’un des dieux les plus vénérés du panthéon. Il est souvent représenté comme un magnifique jeune homme, d’une très grande stature.
Il est le dieu de la lumière (solaire) de la divination, des arts, des morts subites…

Voici sa filiation :

Issu de l’adultère de Zeus avec Léto (qui n’est autre que la cousine de ce dernier…), frère jumeau d’Artémis, il est également le frère de nombreux autres dieux comme Arès, Héphaïstos, Athéna, Arès, Hermès, Dionysos…

Les attributs d’Apollon sont nombreux : l’arc et les flèches tout comme sa jumelle, la lyre offerte par son frère Hermès, le trépied outil utilisé pour la divination. Parmi les végétaux, on trouve bien évidemment le laurier (référence au mythe de Daphné), l’olivier et le palmier. Du côté animal, on peut compter sur le dauphin (Delphes) et le cygne (lié à ses voyages), le serpent (relatif à Python) et le rat.

Il a connu de nombreuses, très nombreuses (trop nombreuses ?) histoires d’amour, autant avec des mortels que des nymphes, divinités… aussi bien hommes comme femmes. Malheureusement ses histoires d’amour finissaient mal (en général). Il eut malgré tout une grande descendance (dont le fameux Asclépios, dieu de la médecine, assassiné par Zeus son grand-père…).

Apollon est un grand guerrier, il combat notamment le serpent Python, enfant de Gaïa. Il participe également à la guerre des Olympiens contre les Géants, et s’implique également fortement dans la guerre de Troie. Son arc et ses flèches ne lui font manquer aucune cible.
Il n’hésite pas non plus à sauvegarder l’honneur de sa mère en mettant à mort ceux qui lui font offense.
Il s’illustre aussi par des concours de musique.
Son caractère peut aussi bien être doux qu’imprévisible. D’un naturel jaloux et possessif, il est également un peu rebelle. Il a participé notamment à une tentative de renversement de Zeus de son trône avec Héra et Poséidon puis à la vengeance de la mort de son fils Asclépios, chacune soldée par un revers, qui lui a valu d’être privé de ses pouvoirs divins pendant une période définie. Il a ainsi goûté à deux reprises à la vie mortelle (la première fois en tant que bouvier, et la seconde à garder cette fois-ci les chevaux et brebis).

Son principal lieu de culte se situe à Delphes, mais bien d’autres temples ont été construits (Délos, Thèbes, Rome…).

Sa fougue, son caractère, ses passions et son tempérament en font certainement l’un des dieux les plus humains du panthéon grec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.